Cellulite

Les informations sur la colopathie peuvent intéresser des ami(e)s

Partagez le site pour qu'eux aussi puissent en profiter !

COLOPATHIE

Colopathie fonctionnelle, Organique, Aliments, Chronique, Aigüe, Acupuncture
Constipation, Diarrhée, Intestinale, Nerveuse, Régime, Ventre gonflé

 

 

Colopathie : Définition

Une colopathie est un trouble fréquent qui affecte le gros intestin (côlon). La colopathie provoque souvent des crampes, des douleurs abdominales, des ballonnements gazeux, de la diarrhée ainsi que de la constipation. En dépit de ces signes et symptômes inconfortables, la colopathie ne cause pas de dommages permanents au côlon.

La plupart des personnes atteintes de colopathie constatent que les symptômes s'améliorent à mesure qu'ils apprennent à contrôler leur affection. Seul un petit nombre de personnes atteintes de colopathie voient leurs signes et symptômes disparaître.

Heureusement, à l'inverse des maladies intestinales plus graves comme la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn, la colopathie ne provoque pas d’inflammation ou de changements des tissus intestinaux, ni augmente le risque de cancer colorectal.

Dans de nombreux cas, on peut contrôler la colopathie par une bonne gestion de l’alimentation, du mode de vie et du stress.


 

 

Sommaire

 

 

 

 

 

Symptômes d'une colopathie

Les signes et symptômes de la colopathie peuvent varier considérablement d'une personne à une autre et ressemblent souvent à ceux d'autres maladies. Les signes et symptômes les plus courants sont les suivants :

  • Des douleurs abdominales ou des crampes
  • Une sensation de ballonnement
  • Des gaz (flatulence)
  • Diarrhée ou constipation - parfois même alternance des épisodes de constipation et de diarrhée
  • Mucus dans les selles

Comme pour la majeure partie des personnes atteintes de colopathie, vous pouvez n’avoir que de légers signes et symptômes de la maladie.

Cependant, ces problèmes peuvent parfois être plus conséquents. Dans certains cas, il se peut qu’il y ait des signes et des symptômes qui ne réagissent pas bien au traitement médical. Il est conseillé de consulter un médecin, parce que les symptômes de la colopathie peuvent se manifester avec d'autres maladies plus graves.

À noter que chez la plupart des gens, la colopathie est une maladie chronique. Il y aura probablement des moments où les signes et les symptômes empireront et dans d’autres où ils s’amélioreront ou même disparaîtront complètement.

Moment approprié pour consulter un médecin

Il est important de consulter un médecin lorsqu’on constate un changement persistant dans les habitudes de défécation ou quand on constate d'autres signes ou symptômes de la colopathie. Ceux-ci peuvent indiquer un problème plus grave, comme une infection ou même un cancer du côlon.

Votre médecin peut être en mesure de vous aider à trouver les moyens afin de soulager les symptômes, mais aussi éliminer les autres affections qui pourront aggraver l’état du côlon, telles que la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn, qui sont des formes de maladies inflammatoires de l'intestin.

Causes d'une colopathie

Actuellement on ne sait pas exactement ce qui cause une colopathie.

Les parois de l'intestin sont associées avec des couches de muscles qui se contractent et se relâchent dans un rythme coordonné, dans le but de transférer les aliments de l’estomac à travers le tractus intestinal vers le rectum.

Quand on est atteint de colopathie, les contractions peuvent être plus fortes et durent plus longtemps que la normale. Les aliments traversent les intestins plus rapidement, provoquant ainsi des gaz, des ballonnements et même de la diarrhée.

Dans certains cas, le contraire peut se produire. Le passage des aliments est ralenti et les selles deviennent dures et sèches. Des anomalies dans le système nerveux ou du côlon peuvent également y jouer un rôle, en faisant subir une sensation d’inconfort provoquée par une contraction des parois intestinales à cause du gaz.

Il y a un certain nombre d'autres facteurs qui peuvent jouer un rôle dans la colopathie. Par exemple, les personnes atteintes de la colopathie peuvent avoir un niveau de sérotonine anormal. La sérotonine est un messager chimique qui est normalement associé à la fonction cérébrale. Elle joue également un rôle dans le bon fonctionnement du système digestif. Il est également possible que les personnes atteintes de colopathie n'aient pas le juste équilibre des bonnes bactéries dans l'intestin.

Déclencheurs d'une colopathie

Pour des raisons qui ne sont pas toujours claires, on constate qu’une personne atteinte de colopathie réagit plus fortement aux stimuli, à l'inverse d’autres personnes. Les déclencheurs de la colopathie peuvent varier la pression du gaz à l’intérieur des intestins par certains aliments, médicaments ou des émotions. Par exemple :

  • Les aliments : Certaines personnes peuvent constater que leurs signes et symptômes d'une colopathie s'aggravent quand ils mangent certains aliments. Par exemple, le chocolat, le lait et l'alcool peuvent causer de la constipation ou de la diarrhée. Les boissons gazeuses et certains fruits et légumes peuvent conduire à des ballonnements et provoquer de l'inconfort chez certaines personnes atteintes de colopathie. Jusqu’à maintenant, on ne comprend pas encore quel rôle joue l’allergie ou l’intolérance alimentaire dans la colopathie.

    Si on a des crampes et des ballonnements, surtout après avoir mangé des produits laitiers, des aliments contenant de la caféine ou de la gomme sans sucre ou encore des bonbons, le problème peut ne pas être la colopathie. Au lieu de cela, le corps peut ne pas être en mesure de tolérer le sucre (lactose) dans les produits laitiers, la caféine ou de l'édulcorant artificiel appelé sorbitol.

  • Le stress : Pour la plupart des personnes atteintes de colopathie, il est fort probable que les signes et les symptômes s’empirent ou deviennent de plus en plus fréquents lors d'événements stressants, comme un changement conséquent dans la routine quotidienne. Mais même si le stress peut aggraver les symptômes, il ne les provoque pas.

  • Les hormones : Généralement, les femmes sont plus susceptibles d'avoir une colopathie. Les chercheurs pensent que les changements hormonaux jouent un rôle dans cet état. Beaucoup de femmes trouvent que les signes et les symptômes de la colopathie s’accentuent pendant ou autour de leurs périodes menstruelles.

Facteurs de risque d'une colopathie

De nombreuses personnes peuvent constater des signes occasionnels et des symptômes de colopathie. Cependant, les personnes mentionnées ci-dessous sont plus susceptibles d’avoir la maladie :

  • Les jeunes : Les premiers symptômes de la colopathie apparaissent avant l'âge de 35 ans pour environ la moitié des personnes présentant ce trouble.
  • Les femmes : On constate que les personnes diagnostiquées avec cette maladie sont majoritairement des femmes.
  • Les personnes qui ont des antécédents familiaux de colopathie : Des études ont montré que les personnes qui ont un membre proche de sa famille atteint de colopathie, comme un parent ou un frère, présentent un risque accru de développer la maladie. Il n'est pas clair si l'influence des antécédents familiaux sur le risque de colopathie est liée aux gènes, à des facteurs communs dans l'environnement d'une famille voire les deux.

Complications liées à une colopathie

La colopathie n'est pas associée à de graves maladies, comme le cancer du côlon. Mais la diarrhée et la constipation, les deux principaux signes de présence de la colopathie, peuvent aggraver ou même causer des hémorroïdes. L'impact de la colopathie sur la qualité de vie en général peut être sa complication la plus importante.

La colopathie peut limiter votre capacité à:

  • Assurer ou garder des programmes sociaux avec les amis et la famille : Si vous avez une colopathie, la difficulté de faire face aux symptômes peut amener à éviter les engagements sociaux.
  • Profiter d'une vie sexuelle saine : L'inconfort physique provoqué par la colopathie peut rendre l'activité sexuelle désagréable, voire douloureuse.

Les effets de la colopathie peuvent faire sentir que l’on ne vit pas la vie au maximum, ce qui conduit au découragement, voire la dépression.

Diagnostic d'une colopathie

Le diagnostic de la colopathie dépend en grande partie des antécédents médicaux complets et d’un examen physique.

Parce qu'il n'existe généralement pas de signes physiques pour diagnostiquer définitivement une colopathie, le diagnostic est souvent un processus d'élimination.

Pour vous aider dans ce processus, les chercheurs ont élaboré des critères de diagnostic, appelés « critères de Rome » pour la colopathie et d'autres troubles gastro-intestinaux. Les troubles intestinaux peuvent être définis comme des infections dans lesquelles l'intestin est en apparence normal, mais ne fonctionne pas normalement. En fonction de ces critères, il doit y avoir certains signes et symptômes visibles avant que le médecin diagnostique une colopathie.

Le symptôme le plus important est :

  • Les douleurs abdominales et la sensation d'inconfort qui dure au moins 12 semaines, même si les semaines ne sont pas consécutives

Vous devez également avoir au moins deux des symptômes suivants :

  • Un changement dans la fréquence ou la consistance de vos selles : Par exemple, alors vous déféquez normalement une fois par jour, vous allez désormais à la selle plusieurs fois par jour.
  • Une sensation d’urgence comme si vous n’avez pas complètement vidé vos intestins
  • Du mucus dans les selles
  • Des ballonnements ou une distension abdominale

Votre médecin va probablement chercher à évaluer la façon dont vous répondez à ces critères. Il va également tenter de diagnostiquer d'autres signes ou symptômes qui pourraient suggérer une autre affection plus grave.

Certains signes et symptômes peuvent inciter votre médecin à faire réaliser des tests complémentaires, notamment dans les cas suivants :

  • Des apparitions de symptômes après 50 ans
  • Une perte de poids
  • Un saignement rectal
  • De la fièvre
  • Des nausées ou des vomissements récurrents
  • Des douleurs abdominales, surtout si elles ne sont pas complètement soulagées par un mouvement d'intestin.
  • Une diarrhée qui persiste et vous réveille de votre sommeil.

 

 

 

Colopathie : Examens supplémentaires

Votre médecin peut vous recommander plusieurs examens complémentaires, y compris les examens de selles afin de vérifier les infections ou les problèmes de malabsorption. Voici les examens que vous pouvez effectuer pour pouvoir exclure les autres causes de vos symptômes :

  • La sigmoïdoscopie flexible : Ce test examine la partie inférieure du côlon (sigmoïde) avec un tube flexible éclairé (rectoscopie)
  • La coloscopie : Dans certains cas, votre médecin peut effectuer ce test de diagnostic, dans lequel un petit tube flexible est utilisé pour examiner toute la longueur du côlon.
  • La tomodensitométrie : La tomodensitométrie produit des images radiographiques transversales des organes internes. La tomodensitométrie de l'abdomen et du pelvis peut aider votre médecin à détecter les autres causes de vos symptômes.
  • Les tests d’intolérance au lactose : La lactase est une enzyme dont vous avez besoin pour digérer le sucre appelé lactose, présent dans les produits laitiers. Si votre corps ne produit pas cette enzyme, vous pouvez avoir des problèmes similaires à ceux causés par une colopathie, y compris les douleurs abdominales, le gaz et la diarrhée. Pour savoir si cela est la cause de vos symptômes, votre médecin peut vous prescrire un test d'haleine ou de vous demander d'exclure le lait et les produits laitiers de votre alimentation pendant plusieurs semaines.
  • Des tests sanguins : La maladie cœliaque est une sensibilité à la protéine de blé qui peut aussi provoquer des signes et des symptômes semblables à ceux de la colopathie. Des analyses de sang peuvent aider à éliminer ce trouble.

Colopathie : Traitements et médicaments

On ne connaît pas encore la cause exacte d'une colopathie, le traitement visant seulement à soulager les symptômes afin que les personnes atteintes puissent vivre aussi normalement que possible.


Dans la plupart des cas, vous pouvez contrôler avec succès les signes et symptômes légers d'une colopathie en apprenant à gérer le stress et en apportant des changements dans votre régime alimentaire ainsi que dans votre mode de vie. Mais si vos problèmes sont modérés ou graves, il est préférable que vous en fassiez plus. Votre médecin peut vous suggérer les différents traitements suivants :

  • Des apports supplémentaires en fibres : La prise de suppléments de fibres avec des liquides peut aider à contrôler la constipation.
  • Les médicaments antidiarrhéiques : Des médicaments en vente libre peuvent aider à contrôler la diarrhée.
  • Élimination des aliments à fort taux de gaz : Il est conseillé d’éliminer les aliments ayant un niveau élevé en gaz.
    Si vous avez des ballonnements désagréables ou absorbiez des quantités considérables de gaz, votre médecin peut vous suggérer d'éviter les boissons gazeuses, les salades, les fruits et les légumes crus, en particulier le chou, le brocoli et le chou-fleur.
  • Les médicaments anti cholinergiques : Certaines personnes ont besoin de médicaments qui affectent l’autonomie de certaines activités du système nerveux (anti cholinergiques) afin de soulager les spasmes intestinaux douloureux. Ceux-ci peuvent être utiles pour les personnes qui ont eu de diarrhée, mais peuvent faire aggraver la constipation.
  • Les antidépresseurs : Si vos symptômes comprennent de la douleur ou de la dépression, votre médecin peut recommander un antidépresseur tricyclique ou un inhibiteur sélectif de recaptage de la sérotonine. Ces médicaments aident à soulager la dépression ainsi qu’à l’inhibition de l'activité des neurones qui contrôlent les intestins. Si vous avez de la diarrhée et des douleurs abdominales sans dépression, votre médecin pourra vous suggérer une dose plus faible d’antidépresseurs tricycliques. Les effets secondaires de ces médicaments sont la somnolence et la constipation.
  • Les antibiotiques : On ne sait pas vraiment quel rôle les antibiotiques pourraient jouer dans le traitement de la colopathie. Certaines personnes dont les symptômes sont dus à une prolifération de bactéries dans leurs intestins peuvent bénéficier d'un traitement aux antibiotiques. Mais d'autres recherches peuvent être nécessaires.

Colopathie : Changement de mode de vie

Dans de nombreux cas, de simples changements dans votre régime alimentaire et de style de vie peuvent apporter un soulagement de la colopathie. Bien que votre corps ne puisse pas répondre immédiatement à ces changements, votre but est de trouver des solutions à long terme et non temporaires.


  •  

    L’intégration des fibres dans votre alimentation

    Lorsque vous souffrez de colopathie, une alimentation riche en fibres alimentaires peut avoir des résultats mitigés. Même si elle contribue à réduire la constipation, elle peut aussi provoquer des gaz et des crampes qui peuvent empirer. La meilleure approche est d'augmenter progressivement la quantité de fibres dans votre alimentation sur une période de plusieurs semaines. Les aliments qui contiennent des fibres sont les grains entiers, les fruits, les légumes et les haricots. Si vos signes et symptômes restent les mêmes ou s’accentuent, il est préférable d’en aviser votre médecin.

    Certaines personnes se limitent aux fibres alimentaires que leurs corps produisent au lieu de prendre un supplément de fibres qui provoquent moins de gaz et de ballonnements. Si vous prenez un supplément de fibres, n'oubliez pas de l'introduire progressivement et de boire beaucoup d'eau chaque jour afin de minimiser les gaz, les ballonnements et la constipation. Si vous trouvez que la prise de fibres améliore votre état, utilisez-le sur une base régulière qui pourrait vous aider à obtenir des meilleurs résultats.
  • Eviter certains aliments

    Si vous remarquez que certains aliments sont la cause de l’aggravation des symptômes, il fait éviter d’en manger. Les principales causes de la maladie incluent l'alcool, le chocolat, les boissons contenant de la caféine comme le café et les boissons gazeuses, les médicaments qui contiennent de la caféine, les produits laitiers et les édulcorants sans sucre comme le sorbitol ou le mannitol.
    Si les gaz sont un problème pour vous, les aliments qui pourraient aggraver les symptômes comprennent les haricots, le chou, le chou-fleur et le brocoli. Les aliments gras peuvent également être un problème pour certaines personnes. La gomme à mâcher ou la fait de boire avec une paille peut à la fois conduire à avaler de l'air, ce qui provoque plus de gaz.
  • Consommer des repas plus légers

    Si vous avez la diarrhée, vous pouvez constater que manger des repas légers vous fait vous sentir mieux.
  • Faire très attention aux produits laitiers

    Si vous êtes intolérant au lactose, essayez de remplacer le lait par du yaourt. Vous pouvez également utiliser un produit enzymatique afin d’aider votre organisme à décomposer le lactose. La consommation de petites quantités de produits laitiers ou en les combinant avec d'autres aliments peuvent également aider. Cependant, dans certains cas, vous devrez peut-être éliminer complètement les produits laitiers. Si c'est le cas, assurez-vous d'obtenir suffisamment de protéines et de calcium provenant d'autres sources. Un diététiste peut vous aider à analyser ce que vous mangez pour être sûr que vous obtenez une nutrition adéquate.
  • Boire beaucoup de liquides tous les jours, surtout de l’eau

    L'alcool et les boissons contenant de la caféine stimulent vos intestins et peuvent aggraver la diarrhée et les boissons gazeuses peuvent produire des gaz.
  • Faire des exercices physiques réguliers

    Faire de l'exercice est conseillé car cela aide à soulager la dépression et le stress, stimule les contractions normales de l'intestin et peut aider à vous sentir mieux dans votre peau. Si vous avez été inactif, commencez lentement et augmentez progressivement la durée de vos exercices. Si vous avez d'autres problèmes médicaux, consultez votre médecin avant de commencer un programme d'exercices physiques.
  • Utiliser les médicaments antidiarrhéiques et des laxatifs avec prudence

    Si vous essayez les médicaments en vente libre tels que les antidiarrhéiques, comme l’Immodium, prenez la dose minimale. L’Immodium peut être utile s'il est pris 20 à 30 minutes avant chaque repas, surtout si la nourriture prévue est susceptible de causer de la diarrhée. À long terme, ces médicaments peuvent causer des problèmes si vous ne les utilisez pas correctement. Le même cas peut se produire pour les laxatifs. Si vous avez des questions en rapport avec ces affections, le mieux est de consulter votre médecin ou votre pharmacien.

Colopathie : Médecine alternative

Les thérapies non traditionnelles suivantes peuvent aider à soulager les symptômes de la colopathie.

Colopathie et acupuncture

Bien que les résultats de l'étude sur les effets de l'acupuncture sur les symptômes de la colopathie aient été mitigés, certaines personnes utilisent l'acupuncture pour aider à détendre les spasmes musculaires et améliorer la fonction intestinale.

Colopathie et les herbes

La menthe poivrée est un antispasmodique naturel qui détend les muscles lisses dans les intestins. La menthe poivrée peut fournir un soulagement à court terme des symptômes de la colopathie, mais les résultats des études sur ont été contradictoires. Si vous souhaitez essayer la menthe poivrée, assurez-vous d'utiliser des capsules à enrobage entérique. La menthe poivrée peut causer des brûlures d'estomac. Avant de prendre des herbes, veuillez prendre conseil auprès de votre médecin pour être sûr qu'ils n’interfèrent pas avec d'autres médicaments que vous prenez.

Colopathie et l'hypnose

L'hypnose peut réduire les douleurs abdominales et les ballonnements. Un professionnel qualifié vous enseigne comment entrer dans un état de relaxation et vous guide à détendre vos muscles abdominaux.

Colopathie et probiotiques

Les probiotiques sont des bactéries ou levures qui vivent normalement dans les intestins et se retrouvent dans certains aliments, comme le yaourt et les compléments alimentaires. Il a été suggéré que les personnes atteintes de colopathie peuvent ne pas avoir assez de bonnes bactéries et que l'ajout de probiotiques dans l'alimentation peut aider à soulager les symptômes. Certaines études ont montré que les probiotiques peuvent soulager les symptômes de la colopathie, tels que les douleurs abdominales et les ballonnements, mais il s’avère que des recherches supplémentaires sont nécessaires.

L'exercice régulier, le yoga, le massage ou la méditation

Ils peuvent tous être des moyens efficaces pour soulager le stress. Vous pouvez prendre des cours de yoga, de méditation ou les pratiquer à la maison en utilisant des livres ou des vidéos.

Colopathie : Conseil pour la gestion de la vie quotidienne

Vivre avec une colopathie présente des défis quotidiens. La colopathie peut être douloureuse ou embarrassante et peut sérieusement affecter la qualité de votre vie. Ces suggestions peuvent vous aider à faire face plus facilement à la maladie :

  • Il est préférable de collecter toutes les informations sur la colopathie en discutant avec votre médecin ou en cherchant des informations sur Internet à partir de sources fiables telles que les instituts nationaux de santé et lire des livres et des brochures. Être informé sur votre état peut vous aider à mieux vous prendre en charge.
  • Vous pourriez essayer d’identifier les facteurs qui déclenchent la colopathie. Il s'agit d'une étape clé à la fois dans la gestion de votre état de santé, mais pourra aussi vous aider à prendre en main votre vie
  • Faire des recherches sur les autres personnes atteintes de la colopathie et en parler avec eux de ce que vous vivez peut-être rassurant. La meilleure façon de gérer votre maladie serait aussi d’essayer d’intégrer les groupes de soutien via Internet ou bien dans votre communauté.

 

Stress et colopathie

À noter que toutes personnes peuvent éprouver des troubles digestifs ou d'anxiété. Mais si vous souffrez de colopathie, les problèmes liés au stress tels que les douleurs abdominales et la diarrhée ont tendance à se produire avec une plus grande fréquence et une plus grande intensité. Le fait de trouver des façons de gérer votre stress peut être utile pour prévenir ou soulager les symptômes :

  • Réduire le stress : Dans certains cas, un psychologue ou un psychiatre peut vous aider à apprendre à réduire le stress en regardant comment vous réagissez face à des événements et en vous accompagnant afin de pouvoir changer votre réaction.
  • Le biofeedback : Cette technique de réduction du stress vous aide à réduire la tension musculaire et ralentir votre rythme cardiaque à l'aide d'une machine à rétroaction. On vous enseigne alors à produire ces changements vous-même. Le but est de vous aider à entrer dans un état de relaxation afin que vous puissiez faire face plus facilement au stress.
  • Effectuer des exercices de relaxation progressive : Cette technique aide à détendre les muscles de votre corps, un par un. Premièrement, vous commencez par serrer les muscles de vos pieds, puis vous vous concentrez lentement en laissant toutes les tensions s’en aller. Ensuite, vous serrez et détendez vos mollets. Vous continuez jusqu'à ce que les muscles de votre corps, y compris ceux de votre visage et le cuir chevelu, soient détendus.
  • La respiration profonde : La plupart des personnes respirent par leurs poitrines. On est plus calme lorsqu’on respire par le diaphragme, le muscle qui sépare la poitrine de l'abdomen. Lorsque vous inspirez, laissez votre ventre se développer. Lorsque vous expirez, votre ventre se contracte naturellement. La respiration profonde peut aussi aider à détendre vos muscles abdominaux, ce qui peut conduire à une activité intestinale normale.

 

 

Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant la colopathie.

 

Forum et témoignages

Votre expérience sur la colopathie peut être intéressante pour les autres. Pensez-y !

Nous vous proposons de laisser vos commentaires dans le forum ci-dessous.

 

Vous pouvez également voter pour cet article :

(208 votes, moyenne 4.09 sur 5)
COLOPATHIE - Définition, Causes, Symptômes, Traitement. Colopathie fonctionnelle, Organique, Aliments, Chronique, Aigüe, Acupuncture. Constipation, Diarrhée, Intestinale, Nerveuse, Régime. Risques, complications, médicaments, stress, conseils - FORUM4.09 sur 51 basé sur 208 votants.

Commentaires   

 
0 #298 spherine 22-11-2014 06:04
Bonjour
J ai des antecedents de polype du sigmoide et sclerose hemoroidaire j ai des douleurs aigus de tte la zone gastrique, de l estomac au rectum .suis stressée et super tendue du coup cela aggrave d autant plus les symptomes .et pourtant je ne suis pas pour la prise d anxiolitique, suis maman de deux ados et j ai besoin de me sentir en pleine possession de mes moyens pour affronter les aleas de la vie et guider mes adolrscents au mieux .je me sens mieux qd je suis un regime sans residus car trop de legumes et de fibre ont tendance a irrité notre intestin,et certain legume n arrivent pas être digerer.je pense me mettre serieusement a la méditation, pilat yoga .
Voila a chacun d apprendre a se connaitre afin de mettre sa tête en équilibre avec son corps
Citer
 
 
+1 #297 Maeva 14-11-2014 14:18
Bonjour à tous ! C'est galère comme maladie, mais perso j'ai des trucs qui m'aident bien comme le thé à la menthe, le Bioflorin qui est naturel, et j'ai limité le lactose, et tout ce qui est produits à base d'aspartame, j'étais une grande consommatrice de boissons, bonbons et yaourts light etc.... l'ostéopathie m'aide énormément aussi!!!!!Mais je vous donne un conseil si vous avez les troubles pensant à une colopathie fonctionnelle aller faire tous les examens auprès de votre médecin car avant de savoir ce que j'avais réellement les troubles étaient bcp plus importants vu l'angoisse d'avoir qqch de grave....En plus je n’arrivais pas à me décoller d’Internet pour savoir ce que j’avais et je vous promets que ça ne m’a pas aidé du tout au niveau angoisse…..  Aujourd’hui les troubles sont tjours là mais ils sont tellement moins importants qu’ils ne me gâchent plus du tout la vie.
Bon courage à tous et gardez espoir!
Citer
 
 
0 #296 jocelyne 10-11-2014 17:41
j'ai 60 ans avec un ventre énorme. On dirait que j'attends des triplés tant il est gros. je ne suis pas d'une nature anxieuse car je relativise les problèmes de la vie. Le coma que j'ai vécu m'a fait comprendre la valeur de la vie. Mais avoir un ventre un peu plus civilisé m'épargnerait cet inconfort.
Citer
 
 
+1 #295 jocelyne 10-11-2014 17:28
j'ai un gros ventre. Il est énorme et je ne suis pas boulimique. Je n'ai pas d'anxiété particulière car je relativise beaucoup de choses. J'ai eu un coma qui m'a fait prendre conscience de la valeur de la vie. Mais je me sentirai mieux avec un ventre un peu plus civilisé. Du coup, manger normalement pose problème.
Citer
 
 
0 #294 Pascale 30-10-2014 17:08
Bonjour, j'ai 45 ans et souffre de colopathie depuis 34ans. C'est vrai que le stress aggrave souvent les symptômes malheureusement . Pour ceux qui souffrent beaucoup, l'ostéopathe peut vous aider à gérer les spasmes en "apprenant" à "bien" respirer, c'est assez efficace. Sinon le yoga ou la relaxation peut aider à gérer la douleur. Par contre en ce qui concerne l'alimentation, faites attention!! Ce qui convient à certains peut ne pas marcher pour d'autres!! Personnellement , j'ai "testé" mon alimentation en notant tout pendant 1 à 2 mois, ce qui m'a permis de trouver ce qui ne ME convenait pas ou provoquait les symptômes. Ensuite je suis allée voir mon médecin et on a adapté mes repas en fonction de ça. Je fais aussi des exercices genre pilates ou renforcement musculaire. Tout cela, plus des médicaments qui atténuent les spasmes me permet d'avoir une vie quasi normale. Je dois juste faire attention aux repas à l'extérieur. Donc gardez espoir, même s'il n'y a pas UN remède miracle.
Citer
 
 
+3 #293 sam 22-10-2014 01:39
Je vis avec la colopathie depuis 35 ans. J'ai eu ma première crise à 5 ans quand j'ai compris que ma vie basculait à cause du divorce de mes parents.cela s'est manifesté par une douleur atroce qui me déchirait le ventre. Puis, les symptômes ont évolué au fur et à mesure du passage des années. Je suis tombée dans les pommes à maintes reprises. Les évanouissements étaient dus aux douleurs qui entraînaient une chute de tension. Au réveil c'était la diarrhée. Je me vidais , c'était incroyable.
Citer
 
 
0 #292 baguirol 20-10-2014 19:04
je vie avec la colopathie depuis environ 20 ans car je l'ai su en lisant vos informations sur la colopathie. je vous en remercie. cela fait plusieurs années que je fais des cure d'eau tous les matins, et je boie constament assez, je fais regulierement des exercice phisiques et une alimentation sur mesure et des prise de repas avant 21 heure et leger qui me permettent d'avoir une vie normale
Citer
 
 
0 #291 Dimanche 19-10-2014 07:12
Merci pour ces indications , tout de même régime strict!!! c est pas marrant cette maladie, ça nous porri la vie!!
Citer
 
 
+2 #290 Dimanche 19-10-2014 07:09
Citation en provenance du commentaire précédent de sylvie :
coucou !j'ai une colopathie fonctionnelle aiguë depuis 2 ans et fais 49 kg. j'ai 51 ans ,j ai un traitement qui est meteoplasmine mais qui ne me soulage pas .Donc je fais mon régime de moi mème!pas de crudites ,pas de pain frais, que du rassis ( et oui !!)pas de produits laitiers,si vous voulez du fromage, ne mangez que du gruyère, et en ce qui concerne la viande, ne manger que de la viande blanche sur grill et aucune rouge .bon courage à vous tous !

Merci pour ces indications
Citer
 
 
+2 #289 Laetitia 18-10-2014 13:27
SVP besoin conseils URGENT,actuelle ment une colopathie.Cons tipée depuis toujours,prends "MOVICOL", ça fonctionnait bien mais de puis une semaine colopathie.Pens e que c'est le laxatif qui m'a fichu en l'air.Mes symptômes:Pas spécialement mal au ventre mais j'ai Sensation d’urgence comme si je n'avais pas vidé mes intestins, mucus dans les selles et derrière en feu (hémorroïdes), je jongle entre diarrhée et constipation.C' est horrible.Le médecin m'a prescris un nouveau laxatif "Transipeg" depuis hier (je dois prendre un sachet par jour à jeun).Que puis-je manger car lu un peu tout et son contraire.J'ai acheté pruneaux,légume s secs,jus pruneau,bettera ves,pain de céréales germées,kiwi,ra isin,biscottes complètes bio puis je manger tout ça ou au contraire je fais fausse route?Sinon je bois de l'Hépar depuis ce matin,j'ai prévu de manger ce soir:betterave, œuf dur,yaourt soja et pomme cuite.Merci par avance de vos lumières car du coup je ne sais plus quoi manger!
Citer
 
 
+3 #288 camille72 10-10-2014 19:13
17ans, et me voilà avec cette foutu maladie pff
Citer
 
 
+2 #287 tima 26-09-2014 11:46
slt moi oci g la colopathie et ca me tré peur jsui tt le temp stressé g mm peur d mangé car je digere mal
Citer
 
 
+1 #286 Mat88 03-09-2014 13:49
Bonjours j'ai 28 ans ,depuis l'age de 10 ans que je soufre des intestins,que j'arriver a maitriser avec du smecta etc...Depuis le 28 juillet 2014 j'ai était opérer d'une sigmoidite. Et la ça devient très difficile à gérer, je ne sais plus quoi faire, mon médecin me dit que ces normal, moi, j'arrivent plus a vivre, quand ça me prend en général le soir ces fini, je suis bloqué au lit part la douleur, je recherche du monde a qui ça arrive, qui ont trouver des astuces pour mieux vivre avec.Perso je ne me vois pas comment vivre comme ça sa devient trop dur...
Citer
 
 
+4 #285 christophe 28-08-2014 18:54
Cette maladie est vraiment pénible, j'essaie de m'en défaire depuis 3 ans mais tout est bien difficile. L'osthéo m'apporte beaucoup et là je vais essayer de passer par des séances d'hypno. En tous les cas j'essaie de tenir le coups mes proches m'apportent leur aide et la science médicale fait de son mieux. Bon courage à celles et ceux qui assument un parcours similaire ou synonyme. Bye
Citer
 
 
+3 #284 phanou 27-08-2014 09:49
Pour les anxiolytiques et anti-dépresseur s faites attention j'en sais quelque-chose je suis passé par la case psy seroplex et xanax pdt 2 ans quand il faut stopper c'est pas facile surtout le xanax. Pour le STRESS ça dépend surement des gens mais je vais vous dire je pense que c'est nos symptômes et le fait de ne pas pouvoir se soulager et de se sentir incompris auprès de notre entourage et des médecins qui nous angoisse et qui à certain moment aggrave les crises : du coup on passe pour des grands névrosés auprès des médecins. Imaginez les gens que vous connaissez qui n'ont rien à votre place je suis sure qu'ils deviendraient fous! J'ai même fais une dépression à cause de ça ! Je pense qu'il faut continuer de chercher des choses qui puissent vous aider par ex sur les sites anglophones où il y a plus de recherche sur nos problèmes. Ne vous reposez pas trop sur le corps médical quand on est colopathe c'est triste à dire mais on est son propre médecin.
BRAVO POUR CE COMMENTAIRE
Citer
 
 
+2 #283 Gwen 08-08-2014 18:47
Bonjour à toutes et tous,

Il y a 2 ans,j'ai signalé à mon médecin que j'avais des douleurs abdominales principalement en période menstruelle. Depuis février de cette année, les crampes abdominales se font de plus en plus fréquentes avec malaises lorsqu'elles sont très violentes, accompagnées de diarrhées +/- de nausées au moment de ses épisodes.
J'ai passé une écho pelvienne aujourd'hui qui n'a rien montrée. Est-ce que ça pourrait être du à une colopathie? Quoi faire?

Merci d'avance de vos réponses
Citer
 
 
+2 #282 Laylay 03-08-2014 13:57
Pour les anxiolytiques et anti-dépresseur s faites attention j'en sais quelque-chose je suis passé par la case psy seroplex et xanax pdt 2 ans quand il faut stopper c'est pas facile surtout le xanax. Pour le STRESS ça dépend surement des gens mais je vais vous dire je pense que c'est nos symptômes et le fait de ne pas pouvoir se soulager et de se sentir incompris auprès de notre entourage et des médecins qui nous angoisse et qui à certain moment aggrave les crises : du coup on passe pour des grands névrosés auprès des médecins. Imaginez les gens que vous connaissez qui n'ont rien à votre place je suis sure qu'ils deviendraient fous! J'ai même fais une dépression à cause de ça ! Je pense qu'il faut continuer de chercher des choses qui puissent vous aider par ex sur les sites anglophones où il y a plus de recherche sur nos problèmes. Ne vous reposez pas trop sur le corps médical quand on est colopathe c'est triste à dire mais on est son propre médecin !
Citer
 
 
0 #281 nouna 25-07-2014 16:23
Coucou..
J'ai 18ans ,ca fait un an que je souffre de ces symptomes aussi ..mais jedoute s il s agit de la colopathie ou autre grave maladie et a cause de ces doutes j'ai visite 6 medecins pendant toute l'annee..suite a des analyses d'ecographie ils m'ont confirme que c est a cause du stress et anxiete ..j'ai vraimment mal au ventre je souffre ,je suis en 2eme annee en cpge et je suis cense travaille a fond au lieu de m'inquieter ..ca sera mieux si je fait un scanner?est ce qu'une ecogtaphie suffit ??
Citer
 
 
+4 #280 sylvie 22-07-2014 19:10
coucou !j'ai une colopathie fonctionnelle aiguë depuis 2 ans et fais 49 kg. j'ai 51 ans ,j ai un traitement qui est meteoplasmine mais qui ne me soulage pas .Donc je fais mon régime de moi mème!pas de crudites ,pas de pain frais, que du rassis ( et oui !!)pas de produits laitiers,si vous voulez du fromage, ne mangez que du gruyère, et en ce qui concerne la viande, ne manger que de la viande blanche sur grill et aucune rouge .bon courage à vous tous !
Citer
 
 
0 #279 peguinette 21-07-2014 10:34
salut,
depuis deux ans j'ai des diarhhées qui arrivent sans prévenir, suivi d'un mal de ventre prononcé à droite et un mal-être constant. Apres avoir été traitées pour des gastro à répétition (toutes les 15 jours) par mon généraliste, éliminé les intolérances et autres tests bactériologique s, j'ai vu gastro-entérolo gue, qui m'a fait une coloscopie.
Ras tout allait bien. Depuis j'ai passé une année presque normale (quelques petits incidents que j'ai calmé avec uniquement du semcta) mais depuis deux mois ca revient plus souvent. Dois-je comprendre que j'ai aussi cette maladie ?
merci par avance pour votre aide (car c'est épuisant et handicapant)
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir